Guarani: notre terre, notre vie

En défense de l’esprit qui protège les peuples de la forêt, les Guarani Mbay s’opposent à la construction de cinq immeubles aux portes de São Paulo.

Depuis un mois, les Guarani occupent un terrain de l’entreprise de construction Tenda SA, après l’abattage d’une centaine d’arbres, dont plusieurs cèdres qui sont sacrés pour les Amérindiens. Cependant, à la suite d’une décision de justice, une réintégration de la propriété a été autorisée.

Négociation et résistance

Ce matin-là, toutes les issues autour du site de la société sont bloquées par les forces de l’ordre. Un lourd dispositif de police anti-émeute – tropa de choque, en portugais – a été mobilisé. Face à la horde de casques et fusils d’assaut, les Guarani se sont réunis; pendant que femmes et enfants chantent des prières, les hommes, arc et flèches au poing, arborent leur peinture de guerrier. Positionné depuis 5h du matin et malgré les négociations entre le colonel Bento, de la police militaire, et les différentes entités amérindiennes, la réintégration est prévue à 15h. Sous une chaleur de plomb, plusieurs lignes de la police quittent le champ de bataille pour se réfugier à l’ombre, baissant ainsi la pression sur le peuple de la forêt.

Finalement, les Guarani décident de céder à l’appel des forces de l’ordre, mais la résistance continue: «Le mandat de réintégration du terrain ne comprend pas la partie extérieure. J’ai dit au colonel qu’on allait sortir, mais on va désormais occuper l’entrée», explique Thiago Jekupe, l’un des chefs des Amérindiens encerclés, au journaliste de l’agence Publica.

Les troupes anti-émeutes prêtent pour la réintégration

Ce qu’ils disent

Les Guarani

Ils affirment qu’ils n’ont pas été consultés par la société Tenda SA et que l’étude d’impact environnemental n’est pas en bonne et due forme, enfreignant les règles en vigueur. Ils souhaitent la création d’un parc municipal et d’un mémorial destiné à la culture guarani. Ils proposent enfin que la mairie de São Paulo trouve une zone déjà dégradée pour construire les immeubles, sans la nécessité de couper la végétation native.

La société Tenda SA

Elle explique qu’elle respecte les interrogations de la communauté et qu’elle prévoit la préservation de 50% de l’espace. Elle affirme également qu’elle a eu l’autorisation d’abattre 528 arbres, à la condition d’en replanter 549 et d’en donner 1099 à la municipalité.

La loi

L’État brésilien est signataire de la convention 69 de l’Organisation Internationale du Travail qui garantit la consultation préalable des Indiens pour tous les chantiers qui peuvent impacter la communauté. De plus, l’arrêté ministériel n°60 de 2015 stipule qu’aucune construction ne peut être réalisée dans un rayon de 8 kilomètres, sans une étude d’impact environnemental et socioculturel.

La mairie et la justice

Les services municipaux chargés des questions environnementales (gestion Doria/Covas – PSDB) montrent de nombreuses zones d’ombres dans le processus administratif. En outre, le Ministère Public Fédéral (MPF) a demandé que le cas soit transféré au niveau fédéral, responsable pour juger les droits amérindiens. La juge fédérale Tatiana Pereira a accepté la demande et a suspendu le chantier jusqu’au 5 mai 2020, date à laquelle la société devra remettre tous les documents à la Justice. Toutefois, la réintégration du terrain reste effective. La décision de la juge est motivée par le fait que les négociations entre le Ministère Public Fédéral et les services municipaux montrent que l’entreprise Tenda SA n’a jamais eu l’autorisation de couper des arbres.

Prière guarani face à la pression policière

Point de vue

Cette situation ubuesque met en exergue la problématique d’une urbanisation cannibale dont les conséquences sur l’environnement et les cultures locales sont désastreuses. Devant le modèle économique actuel, les alternatives sont nombreuses, mais les volontés politiques inexistantes. Et, en observant la zone géographique en question, un élément frappe les yeux et interroge. Pourquoi construire des immeubles à proximité de villages amérindiens, alors qu’à quelques kilomètres de là, le quartier est déjà très urbanisé et qu’aucune tour ne dépasse la cime des arbres? Cela ressemble fortement aux stratégies mises en place par des gouvernements autoritaires afin de faire disparaître une culture donnée. Selon les théories sociologiques, cette action de l’état s’appelle une acculturation forcée et organisée, imposée par un groupe en déplaçant une population donnée.

Village amérindien situé à proximité du chantier de la société Tenda SA
Plus aucune goutte de sang amérindien!
Jeux traditionnels guarani
Négociation avec le colonel Bento
Guerrier amérindien, Xondaro en guarani
Guerrier prêt à l’affrontement
Barricade de l’occupation
Femmes et enfants chantent les prières guarani
Les guerriers se préparant à une attaque des forces de l’ordre, avec Thiago Jekupé
Le chef guarani David Karai Popygua
Guerrier guarani resiste
Mateus Wera, leader guarani
La police militaire tente d’intimider les amérindiens, en passant par le terrain voisin
Le prête, l’indien, la mobilisation et les forces de l’ordre
Xeramoi Hortência, 107 ans
guerrier Guarani

Photographe freelance

Vincent Bosson photography

Vincent Bosson est photographe documentaire installé à São Paulo.

Réalisation de reportages pour médias, entreprises et particuliers

Plus d'informations: Contact


 

Ateliers et balades photographiques

Liberdade 07-04-5Découvrez tous les secrets de la photographie numérique à travers des balades urbaines organisées à São Paulo.

Stage complet pour apprendre et approfondir ses connaissances photographiques.

Plus d'informations: workshop


 

Photographies de São Paulo

Musée à ciel ouvert-9

São Paulo, belle et anarchique beauté

São Paulo, belle et anarchique beauté est une série de photographies dont le thème porte sur la mégalopole brésilienne et le street art.

Pour plus d'informations: São Paulo


 

Le livre: “Des tropiques pas si tristes”

Livre illustré de 179 pages. Format 18X23,

Il est composé de 113 photographies en noir et blanc et couleur. Récit du reportage. Ouvrage en auto-édition.

Pour plus d'informations: Le livre


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.