Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

La communauté LGBT au Brésil: des Indiens aux divas

Temps de lecture: pas trop, juste ce qu’il faut. São Paulo vibre aujourd’hui au rythme de la Gay Pride. Des centaines de milliers de gens battent le pavé pour défendre la diversité sexuelle au milieu d’un grand bazar organisé. Seins siliconés, bas résille et faux talons, foule enfiévrée, strass et cotillons.

Le thème de cette édition 2017 vise le fondamentalisme religieux: «indépendamment de nos croyances, aucune religion ne fait loi! Tous ensembles pour un pays laïque». Un peu long comme slogan, mais dans un pays où Dieu est omniprésent, chaque mot vaut bien son pesant d’or. D’autant plus que si les plus belles transgenres brésiliennes sont les égéries de la mode internationale, comme Valentina Sampaio, 340 personnes ont été assassinées en raison de leur orientation sexuelle en 2016 au Brésil. Sympa l’ambiance.

Pour comprendre la situation de la communauté LGBT au Brésil, je vous propose donc des petites histoires de fesses.

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Un festivalier tatoué “Béni par Dieu”, lors de la Parade de la Fierté LGBT (Parada do Orgulho LGBT) qui s’est déroulée en 2017 à São Paulo.

La sexualité chez les Indiens du Brésil

Si, mesdames ou messieurs, un bel Indien au long étui pénien ne vous laisse sans doute pas indifférent(e)s, l’image tropicale de la femme indienne a fait pâlir plus d’un colon européen, même chez les Jésuites. Les turpitudes sexuelles et la nudité des Indiens ont d’ailleurs été les premiers chantiers civilisateurs sur lequel les colons se sont penchés, en prêchant la morale chrétienne. Finis cannibalisme, luxure et sodomie.

À ce propos, lors de son aventure anthropologique au Brésil, Lewis Strauss décrit quelques aspects des mœurs d’une tribu Tupi-Kawahib, vivant dans le Mato Grosso. En parlant du chef de la tribu, il explique que «son appétit sexuel dépasse l’ordinaire et demande, pour se satisfaire, un grand nombre d’épouses». La polygamie, le troc de jeunes filles, l’homosexualité, les jeux érotiques font partie des éléments de cette vie aux confins de l’Amazonie.

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Une jeune femme recouverte de peintures indigènes sur le visage. “Dégage Temer” est écrit sur son torse.

Quant à l’étui pénien, les Nambikwara, eux, n’en portent pas. Lewis Strauss nous apprend «qu’au cours des jeux amoureux auxquels les couples se livrent si volontiers et si publiquement, et qui sont souvent audacieux, je n’ai jamais noté un début d’érection. Le plaisir recherché paraît moins d’ordre physique que ludique et sentimental».

Je retiendrai, enfin, l’attitude de cette tribu amazonienne envers «les choses de l’amour» qui peut se résumer par la formule suivante:

Faire l’amour, c’est bon

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

La communauté LGTB au Brésil

La communauté LGBT commence à s’organiser pendant la dictature qui a sévi de 1964 à 1984 au Brésil, avec la création, notamment, du journal intitulé «La lanterne du coin de la rue» – «O lampião da esquina», en brésilien. Parmi les persécutions, le sordide événement qui retiendra l’intention est «l’opération lesbienne» – «operação sapato». L’état militaire avait décrété la chasse aux femmes homosexuelles pour lesquelles la sentence était la prison. Ils n’étaient pas drôles à cette époque-là.

Depuis 1985, l’homosexualité n’est plus considérée comme «un trouble de la sexualité» au Brésil et, avec l’épidémie du Sida, la communauté LGBT a dû se réorganiser pour affronter ce péril sanitaire.

Enfin, au cours des années 2010, plusieurs lois ont été votées en faveur de la communauté LGBT, dont le mariage civil, la possibilité de changer de nom et de sexe chez les transsexuels.

Toutefois, la violence à l’égard de la différence sexuelle reste l’un des grands fléaux que la société brésilienne n’a pas encore réussi à contenir.

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Mais que signifie le sigle LGBT?

Parmi la diversité sexuelle de la communauté humaine, on peut relever plusieurs combinaisons. Le sigle LGBT désigne:

  • les Lesbiennes (femmes attirées par le même sexe)
  • les Gays (hommes attirés par le même sexe)
  • les Bisexuels (personnes attirées par les deux sexes)
  • et les Transsexuels (individus dont l’identité du genre n’est pas en accord avec le sexe biologique).

Cependant, de nombreuses identités ne sont pas encore représentées dans cette formulation. C’est le cas:

  • des asexuels (personnes qui ne sont pas attirées par la sexualité)
  • des intersexuels (personnes dont les organes génitaux sont difficiles ou impossibles à définir comme femelles ou mâles)
  • et des pansexuels (personnes bisexuelles qui se distinguent par le rejet de la binarité du genre).

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

La Gay Pride de São Paulo

Quant à la Parade LGBT, elle a été créée en 1993 et plus de 3 millions de personnes participent aujourd’hui à l’événement. La mairie de São Paulo contribue à hauteur de 1, 5 millions de réais. Cependant, le nouveau maire João Doria souhaite baisser les subventions publiques dans les années à venir et faire appel au secteur privé.

La parade LGBT, c’est un peu le carnaval, avec ces «trio-eletrico», d’immenses chars qui émettent des méga-décibels de sons, suivis par des personnages fantasques et des milliers d’énergumènes joyeusement humains.

Lors de cette 21e édition, les scènes roulantes ont accueilli notamment la célèbre chanteuse Daniela Mercury, l’une des premières artistes brésiliennes à avoir assumé son homosexualité publiquement.

On retiendra également le char consacré au documentaire «Divinas Divas», de la réalisatrice Leandra Real. Le film retrace l’histoire de la première génération de travestis au Brésil, dans les années 60, qui se produisait alors au théâtre Real, à Rio de Janeiro.

Trailer du documentaire Divinas Divas, de Leandra Real

Politique et religion

En y regardant de plus près, le thème de la Gay Pride de 2017 vise autant le politique que le religieux. Comme l’explique la présidente de l’association LGBT à São Paulo, Claudia Santos Garcia:

Nos principaux ennemis aujourd’hui sont les fondamentalistes religieux. Au parlement, par exemple, le groupe de députés évangéliques utilise sa position parlementaire pour répandre la haine chez une partie de la population

Pour comprendre la pression exercée par les mouvances évangéliques sur la communauté LGBT, il suffit de jeter un œil sur le parlement brésilien: sur 513 députés, 87 font partie du groupe évangélique (soit 17% des parlementaires). 

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Le festivalier tient une pancarte sur laquelle est inscrit: “Mon trou du cul est laïque”. En brésilien, le terme “cu” est très vulgaire, à éviter quoi.

En 2015, Dilma Rousseff, alors Présidente de la République, avait cédé aux parlementaires religieux. Elle mit alors une promesse de campagne de côté, baptisée «l’école sans homophobie», en échange d’autres appuis politiques. Appelé péjorativement «kit gay», il devait apporter des supports didactiques pour combattre les présupposés à l’école.

Au cours de cette même période, une proposition de loi destinée à criminaliser l’homophobie a été approuvée par la chambre des députés et rejetée au sénat.

Le seul représentant LGBT au parlement brésilien est Jean Wyllys (PSOL, gauche) qui a été élu en 2010. Il est connu pour sa participation à l’émission Big Brother (genre Secret Story) et ses frasques pendant l’impeachment de Dilma Rousseff, lors duquel il a craché sur le député Jair Bolsonario (extrême droite), un écervelé du bulbe qui a toujours une petite phrase homophobe ou raciste à la bouche.

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Jean Wyllys à droite et la chanteuse brésilienne Rita Benneditto à gauche, lors d’une conférence sur l’accès à la culture des populations vivant en périphérie de São Paulo.

Afin de nuancer le tableau, une étude récente réalisée par la USP (Université de São Paulo), auprès des évangélistes, montre que 70% d’entre eux tolèreraient l’homosexualité. Si les résultats du sondage indiquent une évolution des représentations, cela signifierait alors que les leaders évangéliques sont en complet décalage avec leurs oilles. Je me demande, d’ailleurs, la manière dont on peut interpréter ce chiffre, car le discours religieux est souvent empreint d’ambiguïté à cet égard, comme le précise l’expression usitée: «Nous acceptons l’homosexualité, mais nous la condamnons».

La route semble encore longue avant que la société brésilienne accepte ces propres différences, plus encore dans un contexte de politique polarisée. Mais on peut toujours écouter Daniela Mercury, interprétant la chanson “Rapunzel”.

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Caricature du président Temer, avec la formule cocasse: “Dégage la folle, des élections maintenant”

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Gay Pride de São Paulo 2017, Vincent Bosson Photography

Photographies: Vincent Bosson

Photographe freelance

Vincent Bosson photography

Vincent Bosson est photographe freelance installé à São Paulo.

Réalisation de reportages dédiés aux événements, médias et entreprises. Séances photo pour books et portraits.

Plus d'informations: Contact


 

Ateliers et balades photographiques

Liberdade 07-04-5Découvrez tous les secrets de la photographie numérique à travers des balades urbaines organisées à São Paulo.

Stage complet pour apprendre et approfondir ses connaissances photographiques.

Plus d'informations: workshop


 

Photographies de São Paulo

Musée à ciel ouvert-9

São Paulo, belle et anarchique beauté

São Paulo, belle et anarchique beauté est une série de photographies dont le thème porte sur la mégalopole brésilienne et le street art.

Pour plus d'informations: São Paulo


 

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.