Des tropiques pas si tristes

Livre illustré de 179 pages. Format 18X23, il est composé de 113 photographies en noir et blanc et couleur. Récit du reportage. Ouvrage en auto-édition.

Extrait de l’avant-propos

Je déteste les coqs et les pasteurs. Après tout, ils tentent, avec leur style, de nous faire croire que les sociétés humaines devraient correspondre à ce qu’ils ont imaginé.

Pourtant, fasciné par les tribulations philosophiques que Claude Lévi-Strauss nous conte dans son ouvrage Tristes Tropiques, je suis devenu anthroponigologue. 

C’est ainsi que je suis parti sur les traces de l’auteur, depuis São Paulo, la mégalopole du Brésil, jusqu’en Amazonie, à la rencontre des tribus indiennes que le chercheur avait rencontrées dans les années 30.

Dans cette quête, j’ai essayé de regarder le monde tel un rêveur éveillé, avec l’idée selon laquelle les trois affirmations suivantes sont vraies: un nuage peut être formé de gouttelettes d’eau en suspension dans l’atmosphère, un nuage peut prendre la forme d’un être imaginaire, un nuage peut être esprit. Libre comme un nuage, loin de toute nuée mystique.

Aussi, une expédition dans cette partie du Brésil conduit le flâneur à s’interroger sur le type de « développement » choisi par les politiques successives et les conséquences sur les hommes et son milieu. Il s’agit d’un voyage dans le temps et dans le cœur des hommes, tels le géologue scrutant les diverses couches terrestres ou le peintre esquissant sa gravure, en raison des traces laissées par les différentes périodes de la colonisation dans cette région. 

« Vous savez, les Indiens du Brésil ne font pas la danse de la pluie. Ça, c’est à Hollywood! », me dit le cacique d’une tribu guarani d’un village situé à une centaine de kilomètres de la cité pauliste.

Avant de partir pour l’Amazonie, il est préférable de prendre quelques précautions, d’ordre éthique, d’abord, et un arsenal anti-moustique, ensuite.  

La promenade amérindienne commence à São Paulo, à la rencontre de deux peuples: les Pankararu et les Guaranis. Aujourd’hui, la moitié des Indiens du Brésil résident dans un contexte urbanisé.

En quittant l’état de São Paulo, je prendrais la direction du Pantanal, à la découverte du peuple Kadiwéu. Plus au nord, ce sont les Bororo et les Nambikwara qui accueilleront mes péripéties et, enfin, en Amazonie, je rencontrerai les Paiter Suruí.

Territoire Paiter Suruí, forêt amazonienne

Commande du livre

Pour commander le livre “Des tropiques pas si tristes”, veuillez remplir le formulaire de contact. Vous recevrez ensuite par e-mail toutes les informations nécessaires pour finaliser votre achat.

Pour le Brésil: 90,00 R$ (frais de port inclus)

Pour l’Europe: 40,00 € (frais de port inclus)