vincentbosson photography

Vale do Anhangabaú

Vallée d’Anhangabaú, le 1er mai. Seul le nom de cet endroit m’évoque déjà l’aventure.

Au paysage urbain qui se dresse aujourd’hui devant moi, j’imagine dans cette immensité la rivière qui porte son nom et les pentes verdoyantes qui dessinaient la vallée. “Tu vas là-bas?”, me dit une amie brésilienne sur ton légèrement pincé, et je passe les autres commentaires pour ne pas décourager ni le lecteur ni le futur promeneur.

Le rassemblant du 1er mai se tient dans cette vaste place arborée, avec jardins et statues taguées, sous le Viaduto do Chá, une place peu recommandée pour une promenade dominicale, selon mes interlocuteurs brésiliens. Une petite page historique va nous éclairer sur le sujet. Je promets du sang, des larmes et des rires.

artepelademocratia-1

La vallée des esprits maléfiques

En tupi-guarani, une langue amérindienne, “Anhangabaú” signifie “l’esprit maléfique”. Il s’agit donc de la rivière où viennent tranquillement se désaltérer les mauvais esprits.

À l’époque de la colonisation, les indiens disaient avoir peur de traverser la rivière, car ils étaient attaqués par l’Anhangá, un esprit de la forêt protégeant les animaux. Cette créature maligne peut prendre une apparence humaine, mais elle est souvent décrite comme un cerf blanc aux yeux de feu.

D’autres récits attributs le nom d’Anhangabaú à cette vallée en raison des persécutions subies par les indiens par les “bandeirantes”, les premiers colons à pénétrer à l’intérieur des terres à la recherche de richesses et d’esclaves.

artepelademocratia-1a

La vallée d’Anhangabaú au cours de l’histoire

La vallée va se transformer alors en suivant le développement de São Paulo. L’urbanisation commence à partir de la fin du XIXe siècle, avec la construction du Viaduto do Chá, qui la surplombe, dans l’objectif de connecter le Vieux São Paulo à la ville qui se développe de l’autre côté.

D’abord une plantation de thé, l’endroit était désigné comme le “quintal do fundo”, en d’autres termes, l’espace derrière la maison. Après la construction du pont, la vallée sera délaissée pendant plusieurs années, puis la rivière est canalisée, une place est aménagée, avec la construction de plusieurs édifices, tels que le théâtre municipal. Dans les années 30, c’est la carte postale de São Paulo. Avec l’automobile, la vallée va devenir un immense boulevard, puis à nouveau une place sous laquelle est construit un tunnel pour la circulation.

artepelademocratia-5

“Diretas jà”

C’est aussi un endroit fort symboliquement qui se trouve à la limite, entre le moderne et l’ancien, révélant les contrastes et la magie du Brésil. D’autant plus qu’en 1984, le mouvement “diretas jà”, en faveur d’élection libre, a réuni plus d’un million et demi de personnes contre la dictature dans la vallée d’Anhangabaú. Parmi les manifestants se trouvaient côte à côte Lula, Cardoso et Tancredo Neves, le grand-père d’Aécio Neves.

artepelademocratia-3

Le 1er mai à São Paulo

Si les manifestants du 1er mai en France sont accueillis par les fumées des bombes lacrymogènes des policiers, à São Paulo, ce sont les fumées des brochettes de viande qui embaument l’atmosphère. L’ambiance est bonne enfant, avec ses spectacles et ses clameurs. Dans ma déambulation, je découvrirais une troupe d’artistes bien déjantés qui donneront une interprétation un peu trash des événements politiques. Âmes sensibles s’abstenir.

artepelademocratia-2

artepelademocratia-9a

artepelademocratia-15

artepelademocratia-16

artepelademocratia-17

artepelademocratia-29

artepelademocratia-30

Sur cette photographie, de gauche à droite: Lobão (un chanteur qui s’est exprimé en faveur de la destitution de Rousseff), José Serra (sénateur PSDB), Eduardo Cunha (Président du Sénat, conservateur et évangélique, qui a déclenché le processus d’impeachment de la Présidente Dilma Rousseff et qui a été récemment écarté de sa fonction en raison de différentes affaires de corruption), Marina Silva (candidate évangélique aux dernières élections présidentielles)

Photographe freelance

Vincent Bosson photography

Vincent Bosson est photographe documentaire installé à São Paulo.

Réalisation de reportages pour médias, entreprises et particuliers

Plus d'informations: Contact


 

Ateliers et balades photographiques

Liberdade 07-04-5Découvrez tous les secrets de la photographie numérique à travers des balades urbaines organisées à São Paulo.

Stage complet pour apprendre et approfondir ses connaissances photographiques.

Plus d'informations: workshop


 

Photographies de São Paulo

Musée à ciel ouvert-9

São Paulo, belle et anarchique beauté

São Paulo, belle et anarchique beauté est une série de photographies dont le thème porte sur la mégalopole brésilienne et le street art.

Pour plus d'informations: São Paulo


 

Le livre: “Des tropiques pas si tristes”

Livre illustré de 179 pages. Format 18X23,

Il est composé de 113 photographies en noir et blanc et couleur. Récit du reportage. Ouvrage en auto-édition.

Pour plus d'informations: Le livre


 

One thought on “Vale do Anhangabaú

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.