Viol et confettis

 Rio, la cité merveilleuse

Parfois, la pensée bute sur des évènements. C’est le blanc. Le fond du cul-de-bouteille, vous dire.

La première fois que je me suis rendu à la cité merveilleuse, j’ai été enivré par son effervescence et sa beauté. Bon, d’accord, c’était pendant le carnaval. Mais, derrière les frasques, la réalité est un peu moins enchanteresse.

Le métro par exemple: alors que la rame s’arrête dans un brusque grincement d’engrenages, je me retrouve nez à nez avec un wagon rose bonbon à la guimauve. Curieux, je pénètre les lieux! J’apprendrais qu’un wagon est réservé aux femmes pendant les heures de pointe depuis 2006 à Rio. Brasilia a opté pour le même dispositif depuis 2012. Quant à São Paulo, l’idée a été abandonnée.

Estrupo-2

Par ces prérogatives, les autorités publiques entendent-elles résoudre le problème du harcèlement sexuel dans le métro, ou dans n’importe quel espace d’ailleurs ?

Au détestable s’ajoute le franchement désagréable. Puis, l’horreur.

Il y a quelques semaines, un viol collectif à Rio défrayait les chroniques. Depuis, la population civile s’approprie les espaces publics et médiatiques pour dénoncer toutes formes de violences faites à l’encontre des femmes.

Estrupo-3

Les femmes dans les rues

Ainsi, mes pas m’entraînent ce soir-là sous le MASP, le Musée d’Art de São Paulo, mastodonte de béton et de verre, qui plonge le promeneur vers une admirable esplanade. Ici et là, des étudiants fument de l’herbe, des SDF réaménagent leur campement de fortune, un chien aboie derrière un skateur qui traverse le trottoir, une foule commence à se former et les slogans s’évadent dans les airs.

Estrupo-4

Estrupo-5

Une formidable énergie se dégage de la cohue qui, maintenant, s’apprête à envahir l’avenue Paulista. L’atmosphère est électrostatique. Puis, dans la pénombre d’une ruelle mal éclairée, jaillit un petit groupe de femmes, les corps nus et ensanglantés, avançant méthodiquement et comptant chacun de leurs pas jusqu’à trente-trois. Des chiffres, froids et truculents, qui s’enfoncent au loin dans les rues adjacentes, tel un cri d’effroi.

Estrupo-6
Estrupo-7
Estrupo-8

Estrupo-10

Estrupo-11

Estrupo-12

Estrupo-13

Estrupo-14

Estrupo-15

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.